RETROUVER L'ESSENTIEL

Josef Nadj

#danse

en avril

©SÉVERINE CHARRIER

Son approche novatrice et insolente l’impose, dès les années 80, comme un pionnier de la danse contemporaine. Artiste pluridisciplinaire, Josef Nadj s’épanouit dans une liberté totale. Il appréhende des questions simples qui appellent des réponses infinies.

Tout l'enjeu du travail du chorégraphe consiste à trouver les moyens de tendre à l'universalité en partant de sa propre quête d'identité, de proposer un langage universel à partir d'un point de vue intime, singulier.

Avec OMMA, Josef Nadj opère un retour aux sources par la danse. Un plateau, laissé volontairement à nu, où corps, lumières et son se suffisent à eux-mêmes, sans artifices. Ses chorégraphies laissent apparaître une grande sensibilité et une émotion certaine. Les Miniatures, dessinées par l’artiste, sont autant de petites fenêtres ouvertes sur son imaginaire – une introspection à l’encre de Chine. Mnémosyne est une œuvre globale, associant projet photographique et performance scénique, pour dire la mémoire d’un monde : celui du chorégraphe et plasticien lui-même.


« C’est un tournant dans mon parcours. Une nouvelle dimension que je peux percevoir grâce à ma concentration s’exerçant en continu du fait de mon âge. Mon regard se tourne alors vers l’intérieur, en quête de sérénité : toucher la source la plus profonde de notre inconscient qui nous met en mouvement pour laisser jaillir les mémoires de l’univers enfouies dans nos cellules, celles issues de notre immense histoire commune. Celles-là mêmes qui dépassent notre conscience collective. Afin de retrouver en nous l’instinct rituel, l’animal rituel : qui nous sommes.

De cet état sublime, sonder le monde tout en se questionnant soi-même - en toute humilité, pour en tirer l’essentiel et approcher la figure de l’homme qui danse. »

Josef Nadj