//une autre expérience de l’art, pour imaginer demain

[CoOP JUILLET 2021]

avec le chorégraphe jardinier

Daniel Larrieu
et la compagnie Astrakan

Bouturer le mouvement
dérives buissonnières

Avec l'arrivée des enjeux écologiques sur une planète limitée en ressources, le jardinier est "devenu responsable du vivant" dit le botaniste Gilles Clément. Le jardin est un lieu d'échange entre les humains mais aussi de communication entre les oiseaux, l'eau, les insectes, l'air ou la terre. Les plantes apprennent, communiquent, tissent des liens, elles ont une mémoire, prennent des décisions, anticipent. Des preuves ? Les passiflores suivent un bambou voisin pour s'y accrocher jusqu'à devancer son déplacement, Elles ont une mémoire, prennent des décisions, anticipent. Les passiflores suivent un bambou voisin pour s'y accrocher jusqu'à devancer son déplacement. Les sensitives ne referment leurs feuilles qu'aux premiers à-coup, quand elles s'y habituent, elles cessent de s'en protéger. N’y aurait-il pas matière à être vivant autrement, dans l’intelligence des interactions et des échanges ? Et si on en prenait de la graine ? Daniel Larrieu tisse sa toile végétale et mouvementée dans toute la maison.... Au mois de juillet, ça va dépoter aux Métallos !
 

Astrakan / Collection Daniel Larrieu
Direction artistique : Daniel Larrieu
Administration, production et diffusion: Alice Marrey et Christine Bombal
Direction technique : Christophe Poux
L'association Astrakan est subventionnée par la DRAC Île-de-France - Ministère de la Culture
https://www.collectiondaniellarrieu.com
https://www.collectiondaniellarrieuvideo.com


Avec la participation de la Fondation Nature & Découvertes