//une autre expérience de l’art, pour imaginer demain

on interagit ?

[La CoOP de novembre 2022]

 

avec l'artiste pluridisciplinaire qui repense les places de chacun·e

Ivana Müller

passer d'un monde d'oppositions à la reconnaissance de nos interdépendances,
faire une place à l'autre,
décloisonner les rôles

 

une coproduction/coréalisation
du Festival d'Automne à Paris
et de la Maison des métallos

Les bouleversements écologiques nous imposent de redéfinir notre relation aux plantes, aux animaux, aux millions d'espèces donc nous faisons partie. Les végétaux produisent notre oxygène, les pollinisateurs assurent notre agriculture, ce sont eux qui rendent notre planète habitable. "S'émanciper, c'est cultiver nos interdépendances" dit le philosophe de l'environnement et pisteur de loups Baptiste Morizot.

Les alliances sont multiples entre espèces pour se protéger, assurer nos survies réciproques. Au Botswana, des abeilles méllifères, terreur des pachydermes, ont été installées pour les dérouter des territoires cultivés dans lesquels ils causent d'énormes dégâts lorsqu'ils les traversent. Les barrières de ruches se sont répandues jusqu'en Inde.

Des interdépendances fertiles qu'Ivana Müller met en jeu, elle aussi, dans ses pièces quand elle invente des espaces de jeu qui interrogent notre participation à la communauté du vivant.

Ivana Müller

Artiste pluridisciplinaire qui repense les places de chacun·e

en savoir +

programme