Mai 2018

  • harraga-1.jpg

    Exposition  /  Photographie

    HARRAGA

    Les brûleurs de frontières

    « Harraga » est le terme utilisé dans les dialectes marocain, tunisien et algérien pour définir le migrant qui se déplace sans documents, qui « brûle les frontières ». Le photographe Giulio Piscitelli a suivi les routes de ces migrants essayant d’entrer en Europe. Fruit d’un long projet entamé en 2010, Harraga est un témoignage unique sur les conséquences désastreuses des bouleversements du monde actuel. L’exposition est enrichie par les textes de l’écrivain italien Alessandro Leogrande et par le travail cartographique de Philippe Rekacewicz, géographe et journaliste français.

    4 -> 27 mai 2018
    Dans le cadre de :
    EXIL
  • pays-de-malheur_1.jpg

    Théâtre

    pays de malheur!

    Une jeunesse française

    Younes Amrani, 28 ans, emploi jeune dans une bibliothèque, lit l’ouvrage du sociologue Stéphane Beaud 80% au bac et après. Lecture qui le mène à une réflexion sur son propre parcours. Il décide alors d’écrire au chercheur en sociologie. Commence une correspondance qui permettra à Younes de mettre en mots sa réalité, une souffrance sociale jamais décrite et jamais médiatisée. C’est cette correspondance, cette réflexion sur un état de la jeunesse que la compagnie Les Papavéracées met en scène.

    22 -> 27 mai 2018
    Dans le cadre de :
    EXIL
  • Rencontre

    Rencontre avec l'équipe artistique et Stéphane Beaud

    mercredi 23 mai → à l'issue de la représentation

    Dans le cadre de :
    pays de malheur!
  • cesan.jpg

    Exposition

    le cesan

    Dans le cadre des Portes Ouvertes des Ateliers d’Artistes de Belleville, les étudiants du CESAN ouvrent à nouveau leur atelier hors les murs, aux Métallos. Suite à leur rencontre avec JP MANO, DJ et maître de conférence spécialiste des musiques noires, chaque étudiant a créé un récit graphique en BD ou une illustration narrative autour de L’esclavage ou les origines de la musique Afro-Américaine, une réflexion sur la période tragique de l’esclavage.

    25 au 28 mai 2018
  • fake-news.jpg

    Débat  /  Rencontre

    fake news

    avec l'EHESS

    À l’heure où le terme « fake news » s’est répandu dans le débat public et qu’un projet de loi français est à l’étude contre leur diffusion pendant les campagnes électorales, il est intéressant de définir ce phénomène qui touche aussi bien les médias traditionnels que les réseaux sociaux et qui recouvre des réalités très différentes. La rencontre débat proposée par l’EHESS et les Métallos dans le cadre des soirées « chercheurs et militants », soulèvera donc plusieurs questions : Qui sont les auteurs de fake news ? Quelle influence ont ces informations sur la construction de l’espace public ? Quelles sont les réactions des médias ? La prolifération, voire l’existence même des fake news, ne remet-elle pas en cause ce que le philosophe Pascal Engel appelle « la norme du vrai » ?

     

    28 mai 2018
  • monstre-manifeste-1.jpg

    Théâtre

    Monstre Manifeste

    Variation sur L'Orange Mécanique

    Publié en 1962, L’Orange mécanique de Burgess décrit une société ultra-violente à travers le regard du narrateur de l’histoire : Alex, 16 ans. Avec sa bande de potes, il se livre chaque nuit à des actes criminels envers une population paralysée par la peur. Dans cette libre adaptation de cette fable philosophique, la metteure en scène nous présente une étonnante performance théâtrale intensément physique portée par le comédien, Romaric Séguin.

    29 mai -> 2 juin 2018
  • Rencontre

    Journal le papotin

    Charlotte Le Bras sera l’invitée du comité de rédaction du Papotin, journal atypique fait par des autistes à destination de tous.

    mercredi 30 mai → 10h30 / entrée libre

    Dans le cadre de :
    pays de malheur!
  • Rencontre

    Rencontre

    avec l’équipe artistique du spectacle et la magistrate Anaïs Vrain, ancienne juge des enfants, conseillère à la cour d’appel de Douai et secrétaire nationale du Syndicat de la magistrature.

    mercredi 30 mai → à l’issue de la représentation

    Dans le cadre de :
    Monstre Manifeste
  • nous-sommes-vent-debout_1.jpg

    Théâtre

    nous sommes le vent debout

    La classe départ

    Nous sommes le vent debout, ce sont des histoires de vies, la vie d’une certaine partie de la jeunesse d’aujourd’hui, celle des quartiers dits « populaires ». Les mots qu’ils nous livrent dans ce spectacle sont bruts, brutaux, parfois dérangeants mais toujours empreints d’espoir. Ce ne sont pas des comédiens ou des auteurs, ce sont des témoins. Des témoins de notre temps.
     

    31 mai -> 2 juin 2018
  • Rencontre

    L'Art au service de la transformation sociale : quels enseignements tirer de l'expérimentation de l'envol?

    Rencontre avec Corinne Masiero comédienne, marraine de L’envol (sous réserve), Marc Morieux, délégué du Préfet du Pas-de-Calais, Bruno Lajara, délégué général et fondateur de L’envol, Stéphanie Lamarche-Palmier, déléguée Hauts-de-France de la Fondation Abbé Pierre, et Daniel Boys, président de la Ligue de l’Enseignement du Pas-de-Calais.

    jeudi 31 mai → à l’issue de la représentation

    Dans le cadre de :
    nous sommes le vent debout
  • freevoices-1.jpg

    Concert  /  Hip Hop  /  Rencontre

    freevoices

    hip-hop 100% féminin made in sénégal

    Le hip hop Galsen (Sénégal) célèbre ses 30 ans d’existence ! La Maison des métallos participe à la fête en accueillant Freevoices, un projet artistique et culturel 100% féminin. Freevoices est un groupe composé de cinq femmes aux styles bien différents. Moona, OMG, Eve Crazy, Sister Lb et Dj Nina donnent leur voix à une nouvelle forme de résistance pour un concert événement qui vous fera voyager au rythme de la nostalgie sénégalaise et du hip hop made in Galsen !

    2 mai 2018
  • bantigny-1.jpg

    Débat  /  Rencontre

    1968 : celles et ceux qui ont "fait mai"

    avec les éditions du Seuil

    Ludivine Bantigny, a écumé pour son travail les archives de mai 68 pour tenter de redonner vie aux protagonistes de cet emblématique mouvement protestataire. Gérard Miller, psychanalyste et auteur souhaite quant à lui « lever toute ambiguïté sur l’insoumission persistante de la grande majorité des anciens soixante-huitards ». Ils ont donc choisi, chacun à leur façon, de rendre 1968 « à celles et ceux qui l’ont fait », mais d’une manière totalement différente…

    4 mai 2018
    Dans le cadre de :
    luttes sociales et encore!
  • marx_jenny-1.jpg

    Théâtre

    Marx et Jenny

    One Marx Show

    Marx et Jenny est un one woman show surprenant, qui nous fait découvrir le père du communisme à travers le prisme de sa vie amoureuse. Audrey Vernon nous dévoile la vie privée du philosophe allemand dont on fêtera le 5 mai l’anniversaire des deux cents ans de la naissance. Marx et Jenny, c’est donc l'histoire de Karl Marx, de sa femme Jenny, de leur meilleur ami Friedrich Engels et de la mystérieuse Hélène Demuth, dite « Lenchen », qui vécut avec eux…

    5 mai 2018
    Dans le cadre de :
    luttes sociales et encore!
  • groupe-medvedkine-1.jpg

    Projection  /  Rencontre

    autour de mai 68 : les groupes medvedkine

    avec les Mutins de Pangée et ISKRA

    Février 1967 : Chris Marker et Mario Marret commencent le tournage d’À bientôt j’espère pendant la grève. Lors de sa projection, les ouvriers le jugent trop romantique. Pour Marker, un véritable cinéma militant ne peut être en définitive que celui qui serait réalisé par les ouvriers eux-mêmes ; ainsi naissent les groupes Medvedkine de Besançon et de Sochaux. Les Mutins de Pangée et la Maison des métallos proposent deux projections-rencontres afin de rendre hommage à cette expérience unique de cinéma en usine.

    8 mai 2018
    Dans le cadre de :
    luttes sociales et encore!
  • longwy-texas_2.jpg

    Lecture  /  Performance

    Longwy Texas

    Au pays des pères

    Carole Thibaut retraverse, à la manière d’une conférencière de l’intime, l’histoire des aciéries et de la sidérurgie lorraine, notamment des luttes ouvrières des années 70 et 80, à travers les figures de ses père, grand-père et arrière-grand-père, de ses propres souvenirs d’enfance et de documents de l’époque. Artiste fidèle des Métallos, elle interroge ici nos héritages symboliques et nos constructions culturelles, dans un cheminement qui va de l’intime à l’universel.

    9 -> 13 mai 2018
    Dans le cadre de :
    luttes sociales et encore!
  • migrants-pied-soi-2.jpg

    Projection  /  Rencontre

    les migrants en bas de chez soi

    avec les éditions du Seuil

    En 2015, plusieurs centaines de migrants ont occupé le lycée Jean Quarré, situé à proximité de la place des Fêtes, dans le 19e arrondissement. Un « mini-Calais en plein Paris » ont dit des journalistes témoins de l’insécurité et de l’insalubrité du lieu. Concernée en tant qu’habitante et parent d’élève, Isabelle Coutant, sociologue des quartiers populaires depuis vingt ans, a vu cette fois le « terrain » venir à elle, tiraillée entre le désir d’aider et l’envie de comprendre. Les Migrants en bas de chez soi (publié aux éditions du Seuil), retrace ces trois mois d’occupation, la déstabilisation du quartier qui en a résulté, ses tensions mais aussi les mobilisations.
     

    16 mai 2018
    Dans le cadre de :
    EXIL
  • crocodiles_1.jpg

    Théâtre

    crocodiles

    L'histoire vraie d'un jeune en exil

    Inspiré de l’histoire vraie d’Enaiatollah Akbari, le spectacle raconte l’histoire d’Enaiat, un enfant afghan de la minorité persécutée des Hazaras. À dix ans, sa mère le conduit clandestinement au Pakistan et l’abandonne pour le protéger des dangers qu’il court dans son pays. Débute alors pour Enaiat un périple de cinq années jalonné d’épreuves et rythmé par l’espoir d’une vie meilleure.

    16 -> 20 mai 2018
    Dans le cadre de :
    EXIL
  • Rencontre

    Rencontres avec l'équipe artistique

    jeudi 17 mai → à l'issue des deux représentations

    vendredi 18 mai → à l'issue de la représentation du matin

    Dans le cadre de :
    crocodiles
  • hospitalite.jpg

    Débat  /  Rencontre

    L'hospitalité

    avec l'EHESS

    Le traitement réservé aux migrants est plus que jamais d’actualité et nous invite à réfléchir sur la politique de l’hospitalité : politique migratoire d’Emmanuel Macron remise en cause par les associations, condamnation de Cédric Herrou pour son aide aux migrants, recrudescence des démantèlements de camps de réfugiés… La rencontre-débat proposée par les Métallos et l’EHESS dans le cadre des soirées « chercheurs et militants » s’intéressera à toutes les formes que peut prendre l’hospitalité et s’interrogera sur la manière dont certains passent de simples observateurs de cette hospitalité à militants.

    17 mai 2018
    Dans le cadre de :
    EXIL