4 -> 6 octobre 2018

Quid des alternatives ?

L’assignation à une société productiviste, consumériste et compétitive a provoqué ces dernières années des refus déterminés et des appels à l’invention de nouveaux modes de vie, de rapports différents aux autres, à la nature et aux biens. De ZAD en Nuits Debout, de résurgences de mai 68 en évocations d’un autre monde possible, ces tentatives, souvent infantilisées ou méprisées, n’en sont pas moins massives et récurrentes. Représentent-elles une vague de fond ? Sont-elles des phares épars dans les brumes du fatalisme ambiant ? Quid de ces alternatives ?

4 octobre 2018

zone à défendre (zad)

avec les Mutins de Pangée

maison-des-metallos_quid-des-alternatives-zad_1.jpg

Projection  /  Rencontre

Au coeur de Notre-Dame-des-Landes, le Liminbout, hameau d’une dizaine d’habitants, tient le haut du pavé. Agriculteurs historiques, paysans syndicalistes, locataires surendettés venus chercher une autre vie, squatteurs plus ou moins confirmés y apprennent à vivre et à lutter ensemble au quotidien. « Ici, disent-ils, on ne fait pas de la politique : on la vit. » Le film Les Pieds sur terre est une immersion dans le huis clos de ce village devenu au fil des années symbole de la lutte contre l’aéroport et son monde.

5 octobre 2018

Pierre Rosanvallon

avec les éditions du Seuil et l’EHESS

maison-des-metallos_quid-des-alternatives-rosanvallon_.jpg

Débat  /  Rencontre

À l’occasion de la sortie (le 30 août 2018 aux éditions du Seuil) de l’ouvrage Notre histoire intellectuelle et politique 1968-2018 de Pierre Rosanvallon, la Maison des métallos, les éditions du Seuil et l’EHESS proposent une rencontre autour de l’analyse des évolutions de la démocratie à partir de la rupture, mal évaluée, de Mai 68. Il s’agira de comprendre les causes de l’enlisement des promesses de Mai 68, du désarroi de la fin du XXe siècle et du fatalisme du début du XXIe, afin d’esquisser de nouvelles perspectives à l’idéal d’émancipation et de conjurer la mélancolie et le cynisme.

6 octobre 2018

marcher tout droit est un combat

avec le collectif MoNa

maison-des-metallos_quid-des-alternatives-marcher-tout-droit-est-un-combat_.jpg

Lecture

Alors qu’elle vient d’atterrir à Porto-Alegre pour commencer une mission humanitaire, Lucia reçoit un appel téléphonique de la gendarmerie de Gaillac, en France, la sommant de rentrer au plus vite afin d'identifier son frère Sami, hospitalisé et inconscient. Suspendu entre le Brésil et la France, entre les grandes causes et les « petites » luttes locales, Marcher tout droit est un combat est construit en une succession de duos, opposant à chaque fois Lucia et un représentant d’un monde qu’elle tente de cerner : officier de gendarmerie, journaliste, député, zadiste, militant d’ONG. Jouant sur les formes documentaires, Simon Grangeat tisse ici des liens étroits entre la création fictionnelle et le récit de notre monde.