23 novembre 2017
Débat  /  Exposition  /  Rencontre

Maux croisés

avec le Psycom
  • Depuis 25 ans, le Psycom contribue à la vulgarisation des savoirs sur la santé mentale et agit pour faire évoluer les idées reçues. Si en 25 ans la connaissance sur les troubles psychiques a évolué, leur stigmatisation est toujours forte. Pourtant les personnes vivant avec des problèmes de santé mentale témoignent de plus en plus de leur vécu, défendent leurs droits de citoyen.ne.s , questionnent les savoirs scientifiques et interpellent les medias. Pour sa journée anniversaire, le Psycom, en partenariat avec la Maison des métallos, souhaite mettre en perspective ces récents bouleversements, bousculer les certitudes, croiser les mots sur les maux, en explorant, à plusieurs voix, trois univers riches de contradictions et d’interrogations : « Santé mentale », « Schizophrénie » et « Guérison ». La journée se terminera par Marco Decorpeliada, l'homme aux schizomètres, une conférence-performance au sujet de Marco Decorpeliada, qui a produit une série d’œuvres singulières en rapport avec les diagnostics psychiatriques qui lui ont été appliqués.

    jeudi 23 novembre, à partir de 9h.
    entrée libre, réservation conseillée : reservation@maisondesmetallos.org

  • jeudi 23 novembre
    entrée libre, réservation conseillée : reservation@maisondesmetallos.org

    Le programme complet de la journée :

    → 9h : Accueil
    → 9h15 : Introduction à la journée
    → 9h30 : Il y a 25 ans, le Psycom avec Lazare Reyes, directeur de l’Établissement public de santé Maison-Blanche et le docteur Gilles Vidon, psychiatre (Hôpitaux de Saint-Maurice)
    → 10h : Conférence "La santé mentale, émergence d’un concept ? Avantages et limites ? Quel avenir ?"
    avec Aude Fauvel, historienne, Institut Universitaire d’histoire de la médecine et de la santé publique de Lausanne (CHUV-Unil), Xavier Briffault, sociologue au Centre de recherche médecine, sciences, santé, santé mentale, société (CERMES3-CNRS), Raghnia Chabane, élue Politique de la ville, sécurité et citoyenneté, Mons-en-Baroeul.
    Le débat sera suivi d'un "récréation" proposée par Valérie Cordy, performeuse, directrice de La Fabrique de Théâtre.

    → 11h45 : Conférence "Schizophrénie et stigmatisation, pour changer le poids des étiquettes, faut-il supprimer le mot de schizophrénie ?"
    avec Pierre Bienvault, j
    ournaliste santé, handicap et seniors à La Croix, Laurence Martin, auteure du BlogSchizo et du livre Pour une psychiatrie bienveillante, Déborah Sebbane, psychiatre, Centre Collaborateur de l’OMS pour la recherche et la formation en santé mentale (CCOMS).
    Le débat sera suivi d'un "récréation" proposée par Valérie Cordy, performeuse, directrice de La Fabrique de Théâtre.

    → 14h30 : Conférence : "En psychiatrie peut-on parler de guérison ? De rémission ? Quel avenir pour le rétablissement ?"
    Avec Laurent Marty, anthropologue de la santé, Département de Médecine générale de l’Université Clermont-Auvergne, Marie Koenig, docteure en psychologie, psychologue clinicienne, auteure de l’ouvrage « Le rétablissement dans la schizophrénie »), Céline Letailleur, paire-ingénieure de recherche, chargée de la recherche
    participative au Centre de formation au rétablissement (COFOR).
    Le débat sera suivi d'un "récréation" proposée par Valérie Cordy, performeuse, directrice de La Fabrique de Théâtre.
    → 15 h45 : Conférence "Hier, aujourd'hui et demain"
    avec Alain Ehrenberg, sociologue, président du Conseil national de la Santé mentale.

    → 17.00 : Conférence-Performance
    Marco Decorpeliada, l’homme aux Schizomètres
    avec Marcel Bénabou, historien et écrivain, membre de l’Oulipo, Baptiste Brun, historien de l’art, spécialiste de l’Art Brut, Dominique de Liège, psychanalyste, Yan Pélissier, psychanalyste et Olivier Vidal, chercheur en sciences de gestion, animée par Jean-Luc Deschamps
    entrée libre, réservation conseillée

     

     

Dans le cadre de

21 novembre -> 2 décembre 2017

lesmonstrueuses-1.jpg

Théâtre

Les Monstrueuses

Ella, jeune femme d'aujourd'hui, perd connaissance devant un laboratoire d'analyse médicale lorsqu’elle apprend qu’elle est enceinte. Elle se réveille dans une chambre d'hôpital…en 1929. Au gré de son amnésie post-traumatique, Ella parcourt le sillon emprunté par l’histoire des filles et des mères des générations qui l’ont précédée. Son voyage mental à travers plusieurs époques et plusieurs lieux dessinera alors la géographie de sa « lignée » féminine. Les Monstrueuses propose une traversée de l'Histoire des femmes au 20e siècle, entre deux continents, du Yémen à la France.