8 février 2015
Débat  /  Rencontre

Écrire les classes, les identités, les trajectoires

  • Qu’est-ce qu’écrire quand on est issu d’un milieu populaire ou d’une culture dominée ? Et pour quoi faire ? Parler de soi ? Des autres ? Et lesquels ? Ceux que l’on rejoint ou ceux que l’on quitte ? Ou encore pour faire le lien entre deux mondes distincts l’un de l’autre… Et comment en parler – quelle voix utiliser pour restituer, comprendre et entendre la voix des autres ? Comment l’expérience du transfuge et l’écriture de soi, ou l’auto-analyse, permettent-elles de penser les déterminismes qui régissent nos vies, les rapports entre les classes, l’affect de la honte – et donc de reformuler la politique ?
    Voilà quelques questions qui seront abordées lors de cette rencontre avec Didier Éribon, Édouard Louis auteur de En finir avec Eddy Bellegueule (éditions du Seuil, 2014) Sylvie Blocher, artiste et Florence Aubenas, grand reporter au Monde, animée par Laurent Hatat.
     

  • dimanche 8 février > 17h30
    entrée libre, réservation conseillée

Dans le cadre de

3 -> 22 février 2015

retour-a-reims-1.jpg

Théâtre

Retour à Reims

 

COMPLET
inscription sur liste d'attente uniquement sur place 30 minutes avant le début de la représentation.

 

Retour à Reims est un « essai autobiographique ». Didier Éribon y raconte comment, après la mort de son père, il retourne à Reims sa ville natale, et retrouve sa mère… et son milieu d’origine, ouvrier, qu’il a connu communiste. Le rejet de l’homosexualité dans sa famille lui avait servi de prétexte à un éloignement radical. Il réalise alors que c’est plutôt la honte sociale qui aura déterminé cet éloignement.
Ce dévoilement fait théâtre quand le fils et la mère se retrouvent le temps d’une journée autour d’un carton de vieilles photos et déroulent leurs vies, leurs blessures, leurs incompréhensions ; notamment la dérive familiale vers le racisme et l’extrême droite. La puissance de l’adaptation théâtrale de Laurent Hatat nous fait vivre cette « pensée en action », sobrement incarnée par deux acteurs dont l’intensité du jeu met en partage ce fameux poids des origines. S’interroger sur le déterminisme social se révèle d’une vibrante actualité.