samedi 15 juin 2013
Débat  /  Lecture

celle qui venait d'ailleurs

hannah-ahrend.jpg

copyright DR

  • En 1923, la jeune Hannah Arendt tombe amoureuse de son professeur de philosophie, Martin Heidegger. Un amour passionné autant qu’intellectuel les anime tous deux : ils s’écriront durant toute leur vie. En 1950, Hannah retourne à Fribourg ; entretemps, il y eut le nazisme, la guerre, les camps d’extermination. Elle est devenue l’une des pensées les plus importantes du siècle, notamment avec ses écrits sur les origines du totalitarisme. Comment peuvent-ils se retrouver  20 ans plus tard ? Elle, juive et persécutée, et lui, le grand philosophe, membre du parti nazi. Elle revient vers lui, bien décidée à briser le silence sur sa collaboration. Elsa Solal s’empare d’un moment historique et politique décisif à travers l’intimité des personnages et tresse avec virtuosité un dialogue entre ces deux grandes figures.
    La lecture du texte par les comédiens Annie Perret et Philippe Morier-Genoud, accompagnés d’Aurélie Youlia et Sylvie Pascaud, sera suivie d'un débat, modéré par l'écrivain Michel Deutsch, avec l'équipe artistique et Laure Adler, auteure de Sur les pas de Hannah Arendt.

  • texte Elsa Solal
    mise en espace Elsa Solal, Sylvie Pascaud
    lu par Annie Perret, Philippe Morier-Genoud et Aurélie Youlia
    lecture suivie d'un débat avec l'équipe artistique et Laure Adler, journaliste et écrivaine, auteure d'une biographie de Hannah Arendt
    débat modéré par Michel Deutsch, écrivain, traducteur et metteur en scène

    Celle qui venait d'ailleurs d'Elsa Sola est publié aux éditions les Cahiers de l'Egaré, avec le soutien du CNL

  • samedi 15 juin > 19h
    durée de la lecture 1h suivie d'un débat
    tarif unique 5 euros

Dans le cadre de

Rencontre  /  Projection  /  Café numérique  /  Atelier  /  Débat  /  Lecture

femmes ordinaires / femmes d'exception

Après Terreur–Olympe de Gouges en mars, nous continuons notre parcours autour de  femmes ordinaires / femmes d’exception» avec l’auteure Elsa Solal. Pour marquer la fin de sa résidence sur le territoire des Métallos, elle propose des rendez-vous avec Marilyn Monroe et Hannah Arendt, mais aussi avec des femmes poètes ainsi qu’un atelier queer sur les questions de genre.
Au cœur de son travail se trouve la question «de la constitution d’une identité». Qu’est-ce qu’un homme ou une femme et comment fait-on pour le devenir ?