//une autre expérience de l’art, pour imaginer demain

on tricote nos histoires

CoOP février 2021 [REPORTÉE à mars 2022]

avec l'activiste
et metteuse en scène
sans frontières,

Judith Depaule
et l'atelier des artistes en exil

 

Rapprocher, faire lien, filer le temps du récit 

Longtemps, le monde a été pensé par un Occident pétri d'une légitimité fondée sur des valeurs de modernité et de progrès. Cette fin d’une hégémonie se fait au profit d’une attention nouvelle aux récits nourris de l'expérience, de l'histoire vécue, du réel qui permettent de changer enfin les représentations et de se fabriquer une mémoire commune en tricotant du lien.

Tricoter, c'est marcher en agitant les gambettes, faire du lien, dérouler la pelote, suivre le fil, le remonter, nouer des fils entre les cultures, le réel et l'imaginaire, moi et les autres… Alors, dans cette période de dérèglement climatique, sanitaire, économique ou politique dont les migrants sont le visage humain, et si on liait le geste à la parole avec l’atelier des artistes en exil ?

Judith Depaule

Très engagée, Judith Depaule a été comédienne, traductrice de russe  - elle écrit une thèse sur le théâtre dans les camps staliniens – et dramaturge. Elle a croisé les pas de Jacques Vincey, Eve Dumbia, Robert Cantarella, Pascal Rambert, Sentimental Bourreau, Yves Beaunesne ou Bernard Sobel.

en savoir +

programme