//une autre expérience de l’art, pour imaginer demain

Chorégraphe de formation, Michel Schweizer œuvre à réinjecter du réel sur la scène, brouillant les cartes  de son champ d'origine pour proposer des formes inclassables ou plutôt  des expériences qui repositionnent l'artiste dans le champ social, citoyen.

Qu'il invite des maitres-chiens, un ancien légionnaire, un philosophe et un psychanalyste pour une critique en règle du néo-libéralisme (Bleib) , qu'il propose à des enfants de  nous parler de nous, adultes (Keep calm) ou de leurs désirs et de leur relation au monde (Cheptel); qu'il propose à des danseurs étoile en fin de carrière de parler  de liberté dans une pratique très codifiée (Cartel) ou qu'il fasse éclater les ressorts de la différence avec les comédiens de l'Oiseau-mouche (Les Diables)… C'est d'humain encore et toujours qu'il est question avec Schweizer qui fait œuvre pour être "utile" comme il dit "parce que j’estime que dehors ça se complique de plus en plus. Je trouve que ma manière de poser des choses sur scène peut être utile par rapport à ce qui se délite ou se dégrade à l’extérieur."