Mardi 15 Mai 2018

  • harraga-1.jpg

    Exposition  /  Photographie

    HARRAGA

    Les brûleurs de frontières

    « Harraga » est le terme utilisé dans les dialectes marocain, tunisien et algérien pour définir le migrant qui se déplace sans documents, qui « brûle les frontières ». Le photographe Giulio Piscitelli a suivi les routes de ces migrants essayant d’entrer en Europe. Fruit d’un long projet entamé en 2010, Harraga est un témoignage unique sur les conséquences désastreuses des bouleversements du monde actuel. L’exposition est enrichie par les textes de l’écrivain italien Alessandro Leogrande et par le travail cartographique de Philippe Rekacewicz, géographe et journaliste français.

    4 -> 27 mai 2018
    Dans le cadre de :
    EXIL