18 novembre 2017
Débat  /  Rencontre

Voter a-t-il encore du sens si l'on n'ose plus prendre de risque ?

  • Et si Margaret Thatcher avait eu raison ? Et sʼil nʼy avait pas dʼalternative et donc aucun espace pour risquer un changement ? Réformes, changement, renouveau : les grands mots reviennent en force à chaque campagne électorale mais les ambitions, elles, semblent manquer. Le « there is no alternative » cher à Thatcher semble plus fort que jamais. Comment certaines idées sont-elles rejetées en bloc par souci de « réalisme » ? Peut-on porter un changement sans prise de risque ? Voter Trump ou Le Pen est-ce prendre le risque de « renouveler le système » ? Le débat public serait-il une machine à rationaliser nos préjugés cachés ? Dans ce contexte, quelle est la place laissée aux utopies ?

    samedi 18 novembre → 14h30 > 16h30
    entrée libre, réservation conseillée : reservation@maisondesmetallos.org

     

     

  • avec Serge Galam, sociophysicien, chercheur CNRS et Cevipof de Sciences Po, Federico Tarragoni, maître de conférence en sociologie à l'Université Paris Diderot, chercheur au Laboratoire changement social et politique, auteur de L'énigme révolutionnaire (Les Prairies ordinaires, 2015) et de La sociologie de l'individu (La Découverte, à paraître), Alice Carabédian, doctorante au Laboratoire de Changement Social et Politique à l’Université Paris Diderot, animé par Daniel Mouchard, professeur de sciences politiques à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3.

  • samedi 18 novembre → 14h30 > 16h30
    entrée libre, réservation conseillée : reservation@maisondesmetallos.org

     

Dans le cadre de

fesival-idees-paris-2_laptop.jpg

Atelier  /  Débat  /  Rencontre

Festival des idées Paris

L’Université Sorbonne Paris Cité (USPC) regroupe 4 universités, 5 instituts et écoles et 5 organismes de recherche de renommée internationale. Elle organise du 14 au 18 novembre la deuxième édition du Festival des idées Paris sur la thématique « L'amour du risque ». En favorisant la rencontre entre science et culture, le festival va vivre au rythme de rencontres corrosives et ouvertes à tous, dans des lieux de culture et sur les campus.