3 novembre 2016
Rencontre

Radio Live : la nouvelle génération au micro

Des documentaires sur scène par Aurélie Charon Caroline Gillet, Amélie Bonnin
  • 2017, année d’élections présidentielles en France. Les productrices de radio Aurélie Charon, Caroline Gillet et la dessinatrice Amélie Bonnin disent avoir besoin de réponses originales et sensibles à ce qui se profile comme débats et polémiques. Il est de leur responsabilité d’anticiper les cris, les oppositions, les arguments et d’y opposer des vies, de la parole, du récit. Leur proposition ? Se parler, simplement, et se faire l’écho de vies engagées, lumineuses, inspirantes d’une génération en train de bouger les lignes en France et à l’étranger. Après deux soirées en mai 2015 intitulées « Underground Democracy » et deux soirées en février et mars 2016 « Une série française » à la Maison des métallos, Radio live y revient. Cette « radio en trois dimensions » se pose en manifeste vivant et signe de vie joyeux d’une génération qui refuse la fatalité et invente le monde de demain : des épisodes au long cours pour penser ensemble l’avenir de la démocratie auront lieu à la Maison des métallos. La première soirée se tient autour de Monologue du nous avec un thème proche de l’œuvre de Bernard Noël : « Nouvelle génération, nouvelles actions collectives ? ». Les suivantes s’écriront au premier semestre 2017.

    NOUVELLES GÉNÉRATION, NOUVELLES ACTIONS COLLECTIVES ?
    Notre génération a le désir de recréer le collectif : comment le penser aujourd’hui ? Est-ce possible de dire « nous » et d’englober tout le monde ? Quelles nouvelles actions collectives a-t-on inventées pour agir sur l’avenir de nos sociétés ? Comment fait-on passer des messages, quelle méthode est efficace aujourd’hui ? Elvire le fait en mettant son corps en jeu dans l’espace public, Heddy à travers l’écriture sur une scène, Carlos avec l’engagement associatif, et Younes en Algérie en repensant le journalisme citoyen, participatif, collectif à travers les réseaux sociaux. Charles Tordjman et Bernard Noël seront présents et nous rejoindront sur scène à la fin de la soirée.

    avec Elvire Duvelle-Charles, 29 ans, Paris, fait partie du groupe FEMEN à Paris.

    Heddy Salem, 20 ans, Marseille. Il a grandi dans les quartiers Nord, faisait de la boxe, et a découvert le théâtre. Maintenant il veut « percuter » le public avec des textes forts sur les inégalités, et a été embauché pour un an de service civique au Théâtre du Merlan.

    Carlos Arbelaez, 30 ans, Medellin-Paris. Militant des droits de l'homme en Colombie où il luttait contre les crimes de l'Etat, il a obtenu l'asile politique en France et a vécu 4 mois dans les rues de Paris. Il est aujourd'hui étudiant en droit, et travaille pour l’association Singa qui accueille des réfugiés.

    Younes Sabeur Cherif, 26 ans, Alger. Il a créé la page Facebook « Envoyés spéciaux algériens » quand il était étudiant, et travaille à la création de nouveaux médias collectifs et citoyens en Algérie.

     

  • conception Aurélie Charon, Caroline Gillet et Amélie Bonnin
    sons Aurélie Charon et Caroline Gillet
    images Amélie Bonnin
    musique en live Juliette Armanet
     

  • jeudi 3 novembre → 20h
    tarif unique 5 euros

Dans le cadre de

4 -> 13 novembre 2016

monologue-du-nous-eric-didym_dsc0555.jpg

Monologue du nous

Y a-t-il des violences légitimes face aux systèmes qui broient ? Où sont passées les utopies politiques et sociétales ? Dans ce texte adapté pour le théâtre et mis en scène par Charles Tordjman, Bernard Noël remue le couteau dans les plaies ouvertes de nos sociétés sans aucune complaisance et avec une courageuse lucidité. Quatre femmes animent le journal Nous, façade qui dissimule une organisation clandestine préparant un attentat suicide… Elles composent un chœur ardent qui nous questionne : quelle cause peut justifier le sacrifice ?