Stéphane Schoukroun

Au théâtre, Stéphane Schoukroun a essentiellement travaillé sur des textes contemporains dont trois monologues, Saleté de Robert Schneider, Les Lettres de Ville-Evrard d’Antonin Artaud et Au-dehors d’Alain Ubaldi. Il a participé à de nombreuses créations, dont celles de Frédéric Ferrer sur le réchauffement climatique et notamment Kyoto forever, Murmure d’Ariel Cypel et Gaël Chaillat qui traite du conflit israëlo-palestinien ou Writing Spaces d’Eli Commins. Il a travaillé entre autres sous la direction de Christophe Lemaître, Guy Lombroso, Alexandre Zloto, Luc Clémentin, Jacques Descordes, Marie-Pierre Bésanger et Christian Benedetti avec qui il joue Des nouvelles du futur de Gianina Carbunariu, La Mouette et Trois Sœurs de Tchekhov.
Au cinéma, il a tourné avec Peter Watkins, Siegrid Alnoy, Dominique Cabrera, Brahim Fritah, Xavier Legrand...
Depuis plus de dix ans, il travaille avec différentes populations, adultes, adolescents, handicapés et patients en hôpital psychiatrique, dans un premier temps sur des textes (Bond, Brecht, Ibsen, Tchekhov...), pour ensuite créer des spectacles en dialogue avec les participants sur des thématiques sociétales : le travail, la peur, l’autre, le regard sur soi... Avec des groupes d’adolescents, il travaille au Théâtre de l’Échangeur et à la Maison du Geste et de l’Image sur la mystification des serials killers à partir de Roberto Zucco de Koltès, sur le thème du futur à partir de recherches sur internet ainsi que sur la thématique du double.
En 2011, il engage une série de spectacles documentaires, Villes/Témoins, sur le rapport à la ville et aux territoires : Alfortville, Guyancourt, Naves et Uzerche en Corrèze, l’échangeur autoroutier de Bagnolet et, en 2015, le Parc de la Villette sont les étapes d’une recherche sur notre capacité à habiter l’endroit où nous nous trouvons.
Après avoir réalisé des Portraits croisés avec des habitants du quartier, il poursuit cette investigation avec vous à la Maison des métallos de l’automne 2015 à l’été 2016 avec notre projet Villes/Témoins à nous. Ce travail donne lieu à la création avec dix habitants du quartier et quinze jeunes de 13 à 20 de l'hôpital de jour du Centre Etienne Marcel en mai et juin 2016: Nous nous sommes rencontrés aux métallos. Ce travail se prolonge par le docu-fiction Rater en beauté réalisé avec des jeunes du Centre Etienne Marcel en 2016-2017, projeté à la Maison des métallos en juin 2017.
En résidence au Grand Parquet, il y crée en avril 2017 Foyer(s), performance issue d'un recueil de paroles et d'une enquête mené par des étudiants de la promotion 2019 de l'ESAD auprès des résidentes et du personnel encadrant du Centre d'hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) Pauline Rolland.

 

 

Juillet 2019

l m m j v s d
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30
 
31