14 mars 2015

Pierre Rosanvallon, Le Parlement des invisibles

rosanvallonp-jerome-panconi.jpg

© Jérôme Panconi

Titulaire de la chaire d’Histoire moderne et contemporaine du Collège de France, Pierre Rosanvallon a publié de nombreux ouvrages et contribue à animer un débat public en initiant notamment en 2014 le projet "Raconter la vie" qui est simultanément une collection de livres édités au Seuil et un site Internet participatif. L’historien publie Le Parlement des invisibles, essai-manifeste de cette aventure unique dans le paysage démocratique français : former à travers "Raconter la vie" l’équivalent d’un Parlement des invisibles.

En partenariat avec les éditions du Seuil, nous proposons une soirée avec Pierre Rosanvallon, Olivier Roy, spécialiste de l’Islam, et l’un des écrivains de la collection : Omar Benlaala, auteur de La Barbe.
L’auteur y retrace un itinéraire précurseur, le sien : comment, jeune Français d’origine algérienne vivant dans le quartier Belleville-Ménilmontant, il est devenu, au milieu des années 1990, l’un des premiers « barbus ». Il raconte les étapes successives de sa quête d’identité : décrochage scolaire, apprentissage accéléré de l’Islam dans les mosquées du quartier, voyages initiatiques à travers le monde. Au terme de ces expériences, il trouve finalement son équilibre dans une pratique spirituelle apaisée. Il y a dix ans, alors qu’un nombre croissant de jeunes fait le choix de l’islamisme, Omar se rase et redevient invisible. Son parcours singulier aide à comprendre celui d’autres jeunes qui, aujourd’hui, se cherchent dans la religion.
 

 

samedi 14 mars → 16h
entrée libre, réservation conseillée
en partenariat avec les éditions du Seuil

 

14 mars 2015

La Barbe

omar-benlaala-_marc-ramos-1.jpg

Débat  /  Rencontre

En partenariat avec les éditions du Seuil, nous proposons une soirée avec Pierre Rosanvallon, Olivier Roy, spécialiste de l’Islam, et l’un des écrivains de la collection : Omar Benlaala, auteur de La Barbe. L’auteur y retrace un itinéraire précurseur, le sien : comment, jeune Français d’origine algérienne vivant dans le quartier Belleville-Ménilmontant, il est devenu, au milieu des années 1990, l’un des premiers « barbus ». Il y a dix ans, alors qu’un nombre croissant de jeunes fait le choix de l’islamisme, Omar se rase et redevient invisible. Son parcours singulier aide à comprendre celui d’autres jeunes qui, aujourd’hui, se cherchent dans la religion.