17 mai 2013
Débat  /  Rencontre

La représentation de la guerre

Cycle de débats 1914 - 1918
  • Ce deuxième rendez-vous dans le cadre du cycle de débats 1914-1918 organisé en partenariat avec la société des Amis de l’Humanité autour du centenaire de la Première guerre mondiale et de l’assassinat de Jaurès est sous le signe des arts.
     

    Jacques Tardi, Ernest Pignon-Ernest, Pierre Buraglio
     

    Le dessinateur de BD Jacques Tardi et les plasticiens Ernest Pignon-Ernest et Pierre Buraglio échangeront sur « La représentation de la guerre ».
    La veille de cette rencontre, s’ouvre au siège du parti communiste place du Colonel Fabien l’exposition Putain de guerre ! de Jacques Tardi autour de son album éponyme, dont ce débat est un prolongement.
    Habité depuis toujours, à travers son histoire familiale et son parcours d’artiste, par la dimension effroyable de la Guerre de 1914 – 1918, Jacques Tardi a commencé voilà presque quarante ans à en faire la matière d’une partie significative de son œuvre. Son intérêt pour le sujet ne s’est jamais démenti depuis. Unanimement salués par les historiens pour la justesse du témoignage et la rigueur de la représentation, ses albums C’était la guerre des tranchées ou plus récemment Putain de guerre ! avec l’historien Jean-Pierre Verney, consacrés par un très large public, font aujourd’hui figure de repères majeurs de la bande dessinée d’expression française.
    Ernest Pignon-Ernest appose depuis plus de trente ans des images sur les murs des cités dans le monde entier. Hanté par les ombres laissées sur les murs, à Nagasaki et à Hiroshima, par les corps volatilisés, il colle dans l’espace public des images peintes, dessinées, sérigraphiées sur du papier fragile, images qui se fondent dans l’architecture urbaine. Il est par ailleurs président de la société des Amis de l’Humanité.  
    Pierre Buraglio, proche du mouvement Supports/Surfaces, a très tôt voulu se débarrasser des instruments traditionnels de la peinture. Dans le sillage des grands mouvements artistiques du XXe siècle, il se devait de déconstruire la peinture pour l’aborder de façon nouvelle. Son histoire c’est aussi celle d’une génération qui a vu le jour en même temps que la Seconde guerre mondiale. Une guerre qui a laissé des traces indélébiles dans sa conscience et lui a permis d’ouvrir les yeux sur cette folie meurtrière et l’importance du jeu politique. Invité par l’Historial de la Grande Guerre de Péronne en 2011, Pierre Buraglio s’est intéressé aux objets abandonnés par les soldats sur les champs de batailles.
    Ses œuvres, en résonnance avec ces reliques mémorielles, questionnent l’Histoire.

  • samedi 17 mai > 15h
    entrée libre, réservation conseillée
    organisé en partenariat avec la société des Amis de l’Humanité