28 novembre -> 2 décembre 2012
Performance  /  Projection

Rencontres sensibles

Woudi-Tat

woudi.jpg

© Woudi-Tat

  • Le compositeur et artiste plasticien Woudi-Tat est l’inventeur d’un dispositif interactif permettant de générer de la musique de façon numérique, par le toucher de peau à peau. Il a réalisé des rencontres avec des personnes isolées du quartier de Belleville-Ménilmontant.
    La personne et Woudi-Tat, assis face-à-face, chacun un pied nu sur une petite plaque de métal, jouent de leurs peaux et partagent un moment sensible et sonore. Ces performances, actes aussi éphémères que la vie, ont été filmées. L’artiste nous propose dans cette installation vidéo, réalisée pour la Maison des métallos, de partager ces visages, ces peaux, ces bras, ces mains, ces voix, ces mémoires, témoignages émouvants et sensibles de nos individualités et de notre communauté.

  • concepteur et performer Woudi-Tat
    réalisateur Antoine Dheygere
    monteuse Laure Mercier
    production Compagnie des Colis-Bruits
    coproduction Mairie du XXe arrondissement de Paris, Maison des métallos
    avec l’aide de la DRAC Ile de France et la participation des centres sociaux Annam, Vingtième chaise, Croix Saint Simon , le Café social, Délidémo, E senior

  • 28 novembre → 2 décembre
    du mercredi au samedi → 14h > 20h
    le dimanche → 14h > 19h
    durée 24 mn (en boucle)
    entrée libre

    Proposition d’expérimentation individuelle avec Woudi-Tat, chaque matin à la Maison des métallos, sur inscription au 01 48 05 88 22

     

Dans le cadre de

Clowns

Les artistes en territoire d’urgence

Il y a des zones de la société qui nous semblent encore interdites, car méconnues, occultées par l’image qu’elles reflètent dans l’inconscient collectif : désespoir, malheur, détresse… qu’il s’agisse d’hôpitaux, de camps de réfugiés, de centres d’accueil spécialisés. Ces « territoires d’urgence » demeurent, pour les personnes qui s’y retrouvent, anxiogènes et excluants. C’est alors que l’art se propose de prendre le relais, par le partage du sensible et l’invitation à l’imaginaire.